La Caverne, une ferme urbaine souterraine à Paris
789
post-template-default,single,single-post,postid-789,single-format-standard,et_monarch,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-9.1.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.1,vc_responsive

30 Mar La Caverne, une ferme urbaine souterraine à Paris

Lors d’un précédent article nous avions encouragé la démarche de La Caverne : des amoureux du végétal qui se sont mis en tête de relancer le Champignon de Paris dans un parking de 3 000m² en le transformant en ferme urbaine souterraine.

Figurez-vous que l’ancien repère des dealers parisiens est à quelques semaines de ses premières récoltes. Alors forcément il fallait que vous fassiez plus amples connaissances avec cette ferme urbaine souterraine.

Une ferme urbaine, une équipe et des principes 

Une équipe oui, laquelle nous ne savons pas vraiment. C’est une première surprise lorsqu’on découvre leur site internet et qu’on se rend compte qu’aucune rubrique n’est dédiée à ceux qui s’investissent dans cette belle aventure. Le collectif prime sur l’individuel et c’est un projet qui est mis en avant et non pas des personnalités. Cette ferme urbaine souterraine fait la promesse d’une culture zéro pesticides et zéro OGM (ils ont promis juré quand même). C’est local, c’est productif et connecté, en d’autres termes La Caverne c’est l’agriculture réfléchie, la culture bien pensée ! Le plus souvent, quand on pense agriculture urbaine, on pense toits et espaces à l’air libre. La Caverne va au-delà et propose une nouvelle perspective, celle des sous-sols inutilisés.

Le parking végétal

C’est dans un parking abandonné de 3 000m2 que La Caverne a jeté ses graines. Au-dessus de leurs têtes , dans l’immeuble, on trouve plus de 300 logements sociaux (comme quoi ce projet ce n’est pas qu’une histoire de légumes). Sur cette surface reposent trois modes de production complémentaires; le maraichage, les champignons et les microgreens (micro-pousses et herbes aromatiques). Evidemment la problématique inévitable était de trouver le moyen le plus rentable d’offrir de la lumière à tout ces végétaux. Pour eux, la solution parfaite était de tout équiper en éclairage horticoles LED à haute efficience énergique. De cette manière, La Caverne se retrouve avec un site totalement exploitable et non dépendant des températures ou des intempéries. Plutôt bien vu pour le coup, vous ne trouvez pas ?

La Caverne

(Ça c’était avant.)

Des objectifs bien précis !

Si dans l’attente des premières récoltes l’équipe laisse faire le temps, niveau objectifs La Caverne a préféré prendre les choses en main (verte). Les principaux défis se comptent en tonnes, en espèces et en emplois. Quarante : ils souhaitent produire 40 tonnes de nourriture, et 20 de bioressources* urbaines recyclées par an. Quinze : l’équipe envisage d’avoir quinze espèces cultivées sur le site. Enfin, comme nous l’avions laissé entendre précédemment, La Caverne c’est aussi un projet social. Huit : ils comptent créer une petite dizaine d’emplois à court terme. À leur manière ils aident des personnes en difficulté.

Vous l’avez compris, La Caverne est un projet au grand coeur. Outre les avantages économiques qu’ils vont pouvoir apporter autour d’eux, c’est le lien social qu’ils veulent favoriser. Pour l’instant le projet est une petite graine qui pourrait bien germer en grande économie collaborative dans les années à venir, c’est tout ce qu’on leur souhaite !

La Caverne


Cycloponics est le créateur d’agrosystème Indoor qui est à la base du projet de la Caverne.

Facebook : La Caverne & Cycloponics

*Bioressource : Ressource d’origine biologique


Pas de commentaire

Publier un commentaire

Pin It on Pinterest